Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 10:28

En cette bien triste année, marquée par le spectre d'une pandémie que nous croyions, à tord, il y a encore quelques mois, comme relevant d'un passé révolu, il était bien difficile de pouvoir, entre "gestes barrière et confinements" prospecter librement dans nos doux paysages... 

Néanmoins, comme passant à travers les gouttes du mal, j'ai pu réaliser quelques promenades géologiques salvatrices pour notre moral affaibli... Ces petites excursions permirent la découverte de quelques jolies traces, cette fois-ci, d'un passé très éloigné de nous..

 

Prenant la route des verts plateaux côtedoriens par quelques jolis jours d'automne, je remarquais, au détour du chemin, là, à quelques mètres de la route, un amoncellement hétéroclite de blocs rocheux de couleur sombre qui me rappelait ceux issus d'une strate rencontrée jadis au sein de mon Jura natal...

  Je ne résistais pas à l'envie à l'envie d'aller jeter un petit coup d’œil à ce dépôt plus qu'attirant... M'avançant au devant des rochers déposés là sans doute par une noria de camions de chantier, je n'avais plus aucun doute sur la nature exacte de ces roches brisées... C'était bien du Sinémurien, vous savez cet étage de la base du Lias ou jurassique inférieur (- 199 à -190 MA), étage dont je vous avais déjà parlé dans mon article précédant... 

Là, gisaient des blocs emplis d'ancestrales huitres du nom évocateur de Gryphées de genre Arcuata caractéristiques de cette strate et particulièrement reconnaissables...

Très vite, je remarquais la présence d'autres fossiles sous la forme de fragments éparses de grosses ammonites (céphalopodes) typiques de la zone... Je prospectais la couche à Ariétites, des ammonites pouvant atteindre, tenez-vous bien, plusieurs dizaines de centimètres de diamètre et parfois même le mètre! (voir mon article précédant)...

Quelques découvertes intéressantes se succédèrent, puis, continuant mes recherches, je remarquais sous ces amas de roche, la présence de marnes grises parsemées de blocs couverts de rostres de bélemnites (rostres ou "os" de genre de petits céphalopodes style de sèches archaïques). Manifestement, tout ceci avait du être déposé là en amont des dépôts rocheux... Ce sont donc des fossiles issus de la strate du Pleimbachien, une couche plus jeune que le Sinémurien quoique faisant toujours partie du Lias.

 Sur le schéma simplifié ci-dessus, voyez l'ordre temporel des strates du Lias rencontrées dans le département...

 C'est là que j'ai pu collecter quelques ammonites telles des Lythocéras de genre Fumbriatum, des Prodactyliocéras de genre Enodé et autres Aegocéras représentatives de cette zone anciennement Carixienne.

Puis, avançant encore un peu plus dans cette série de prospections, je remarquais, à un jet de pierre de là, un nouveau tas isolé de roches cette fois d'une couleur gris foncé tranchant avec celle précédemment prospectées. Je m'approchais, scrutais le sol, et compris que j'avais à faire ici à des roches que j'attribuais sans peine au Sinémurien inférieur, une couche calcaire relativement rare en ces lieux... J'espérais dés lors rencontrer des fossiles identifiants de cette couche comme des Arniocéras, des Ariétites de genre Bucklandi et non Bisulcatus comme précédemment...

Une question taraudait mon esprit: Puisque ces tas provenaient d'un déplacement mécanisé, où pouvait se trouver le chantier d'origine de ces roches comme abandonnées ici? Manifestement cela ne devait pas provenir de loin... J'organisais donc un petit quadrillage systématique du secteur qui, très vite, porta ces fruits. En effet, le lieu d'extraction n'était qu'à quelques centaines de mètres et consistait à la construction d'une usine ayant nécessité une importante excavation afin de réaliser de profondes fondations à l'ensemble architectural. Les travaux étaient d'ailleurs bien avancés et ne permettaient plus la prospection de la zone.

C'est donc sur des blocs issus du Sinémurien inférieur que je pu faire deux découvertes ne manquant pas d'intérêt. Tout d'abord une jolie Ariétites de genre Bucklandi  de 18 centimètres de diamètre dont j'eus la surprise, au dégagement, de constater quelle se trouvait être entièrement pyritisée (remplissage non calcique - carbonate de calcium, mais par un sulfure de fer: la Pyrite FeS2) et d'un très beau Nautiloïde (intègre, ce qui est rare tant ils sont fragiles de par leur constitution cloisonnale), un nautile (forme de céphalopode encore présent aujourd'hui dans nos mers et océans) d'espèce Cénocéras et de genre Striatus d'un diamètre de 18 centimètres lui aussi et en partie pyritisé ce qui semble être relativement commun au sein de cette couche.

     

Ceci démontre la richesse paléontologique, s'il en est, de notre département et le devoir qui s'impose à nous de chercher à sauvegarder ce patrimoine géologique.

Erphy - C Novembre 2020.

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 18:34

Depuis déjà bien des années, cela me démangeait d'accueillir en ma collection paléontologique - secteur régional - une de ces ammonites spécifiques au combien du département de la Côte d'or. Des ammonites célèbres, non seulement en France, mais aussi dans le monde... En effet, tout proche de la petite ville médiévale de Semur-en-Auxois, ville où nous faisons chaque année une étape commerciale lors de l'exposition multi-collections organisée par le club philatélique local, une butte rocheuse fut choisie d'entre toutes pour devenir aux vues de sa richesse en formes fossiles le stratotype d'un étage (ou strate) important du Lias européen, ou si vous préférez du jurassique inférieur: LE SINEMURIEN, un nom rappelant comme vous le constatez ici la toponymie du lieu. Cet étage nous révèle la faune marine d'un océan qui se trouvait là il y a prés de 180 million d'années. Dans ces eaux des espèces vivantes comme des lamellibranches, gastéropodes, huitres et des céphalopodes évoluaient lentement... Parmi toutes ces espèces des ammonoïdés nommés "Ariétites" en sont les plus représentatives. Étant des céphalopodes de grande taille, elles  sont donc très recherchées des amateurs de beaux fossiles. Ces Ariétites pouvaient en effet atteindre des diamètres dépassant parfois le mètre! Leur coquille d'un enroulement régulier orné d'une forte costulation en font des pièces esthétiques et impressionnantes... 

Dans les alentours de la ville, des paysans avaient l'habitude, lors des labours, de mettre à jour des fossiles datant de cet étage sinémurien, et parfois, des ammonites ou fragments d'ammonites... Le musée de Semur en présente quelques beaux spécimens que je vous conseille de découvrir lors d'un de vos passages dans ce bourg médiéval par ailleurs chargé d'histoire...

J'avais déjà, il y a bien longtemps, dans les couches sinémuriennes jurassiennes près de Salins (39) découvert un joli spécimen d'Ariétites de 20 cm de diamètre, mais cette fois, un de ces grands et beaux spécimens vient d'entrer en collection. Une Ariétites de genre Bisulcatus (le genre le plus représenté de l'espèce)... Taille: env 60 cm - Poids: 50 kg (voir photo).

Elle viendra prendre sa place dans les longues lignes évolutives de la vie préhistorique de notre pays.

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 16:56

Cher lectrices, chers lecteurs, par ces temps où une vraie saloperie de virus nous cloue pour notre bien à tous entre nos quatre murs, il est bon de ne pas rester à ce morfondre et broyer du noir... Et comme l'année 2019 à été une bonne année pour nos prospections, à l'instar de nombreux amis prospecteurs et cristalliers, nous passons beaucoup d'heures à trier et surtout à nettoyer nos trouvailles qui parfois attendaient cela depuis bien longtemps... Voici donc ici quelques petits clichés de pièces déjà sorties des bains de nettoyage et de notre travail de mise en valeur... Nous enrichirons cet article de nouvelles photographies de jolis minéraux et fossiles au fur et à mesure... En attendant bonne visite de notre blog, seul lien entre nous durant cette malheureuse période... Prenez soin de vous et respectez les consignes garantissant votre santé...

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 16:27

Erphy est heureux de vous faire part de la parution du troisième album de la  série de bandes dessinées: LES AVENTURES DE MITSY...

Cette fois, l'auteur vous convie à une folle aventure au pays des grands lacs écossais... Mitsy va rencontrer le jeune fils d'un lord propriétaire d'un manoir sur les rives du loch Ness et partager avec lui la découverte d'un secret de famille excitant des convoitises illégitimes...

MIC MAC chez les MAC MICK

Bande dessinée destinée aux enfants de 6 à 13 ans (et plus...), 50 pages d'aventures fasciculées disponibles sur commande (erphy@live.fr) au prix de 12,50€.

isbn: 2-951534-X-X (VL-3) dépôt légal: 1er trim. 2020.

 

Et toujours disponibles, les 2 premiers tomes des aventures de Mitsy:

MITSY ET LA SOURCE MAGIQUE

MITSY ET LA PLANETE OCEAN

 Et bientôt... Mitsy et les fleurs de vie en cours

 de réalisation...

Partager cet article

Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 11:16

Chères lectrices, cher lecteurs,
Nous traversons actuellement des jours bien sombres... Je tenais tout d'abord à m'excuser, auprès de nos fidèles clients d'Erphy collections, de nos absences, nous l'espérons momentanées, de nos activités habituelles. Des activités annulées par les organisateurs dans le respect des consignes gouvernementales de protection des populations dues au Covid 19...  Toutefois, sachez que vous pouvez toujours nous joindre par mail: erphy@live.fr pour demandes ou commandes (à prendre à domicile ou par envoi de colis postaux). Durant cette période, nous assurons toujours un lien avec vous. Il faut savoir qu'en l'absence d'activité, aucun revenus et possible pour nous et, pour les petits indépendants comme nous, aucun revenus de substitution au chiffre d'affaire n'est actuellement prévu par les autorités, ce qui fragilise nos entreprises, voire risque de les faire disparaître...

je tenais à dire ici qu'aucune pierre, fusse t-elle lithotérapique, ne peut enrayer ou détruire le virus Covid 19. Si tel était le cas, cette supposée pierre tuerait aussi sont propriétaire... Nous savons que de nombreuses personnes mal intentionnées font circuler de fausses informations et des propositions commerciales frauduleuses à ce sujet... Restez donc très vigilants...

Nous vous souhaitons à tous de passer au mieux cette mauvaise période et de nous retrouver bientôt, libéré de cette tragédie mondiale...

Cordialement, Erphy - 15.03.2020

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 11:31

Erphy l'auteur et heureux aujourd'hui de vous annoncer la parution de son nouvel opus des merveilles minéralogiques françaises, intitulé cette année: LE JURA... En effet, ce nouveau livret, illustré de plus de 90 photographies et schémas, est, cette fois-ci, entièrement consacré à la chaine jurassienne et aux découvertes que nous avons pu y faire au cours d'innombrables prospections... Vous découvrirez à cette occasion que ce massif, très connu pour les fossiles qu'il renferme et aussi, pour qui veut bien s'en donner la peine, un terrain de découvertes minéralogiques méconnues et pour le moins originales...

 Livret en vente à cette date/ ISBN: 2-9515346-6-3(VL-K)/DL:1er Trim.2020

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 10:19

Chère lectrice, cher lecteur, je ne voudrais pas paraître redondant en vous disant que cette période estivale nous a encore permis de rencontrer nombre de personnalités fort sympathiques qui laisseront durablement leur souvenir inscrit dans nos mémoires...

Une fois de plus, et là encore sans vouloir "enfoncer des portes ouvertes", nous avons pu constater à quel point notre France est belle et riche de mille paysages chargés d'histoire et de nature...

Cette année, nous avons la chance de pouvoir arpenter les pentes cévenoles, du centre du massif central et celles de nos Alpes grandioses...

Notre passion minéralogique nous a permis de découvrir de petites merveilles cristallines qui viendront, comme à l’accoutumée, enrichir notre collection de référence dans la systématique française, et feront, n'en doutons pas, l'objet d'une ou plusieurs publications futures...

Ainsi, par une canicule qui fera sans doute de cette année 2019, une des plus chaudes de ces dernières décennies, nous avons donc débuté nos recherches par des prospections ardéchoises.

Elles se révélèrent fructueuses, car, sur les traces d'innombrables gratteurs de cailloux, et avec un petit zeste d'expérience, elles nous ont permis la découverte et l'ouverture, entre autres, d'un "four"* à quartz de type alpin! Des quartz d'une genèse bien antérieure à celle des Alpes datant pour ces dernières de "seulement" 40 millions d'années contre environ 500 MA pour ceux de notre découverte!

Il est toujours émouvant, même pour nous autres cristalliers de longues dates, de mettre au jour une de ces "druses"ou"four"à cristaux.

*four: poche vide dans la roche ou le filon dans laquelle des cristaux croissent.

Voir apparaître dans leur gangue poussiéreuse, argileuse ou aqueuse des cristaux reste toujours une sensation poussant à une exaltation moteur de nos inspirations les plus intimes. Nos battements de cœur s’accélèrent, nos pupilles se dilatent et une sorte de sensation de joie nous envahie tout entier. Je pense que beaucoup de nos amis collectionneurs et amateurs se reconnaitront dans ces quelques lignes.

Et que dire des découvertes faites au fond de nos batées à la recherche des petites particules d'or véhiculées par nos chères rivières cévenoles... Là encore, difficile de dire objectivement si c'est l'expérience ou la pure chance qui parla cette année? Sans doute un peu des deux. Ainsi de nombreuses et jolies paillettes ainsi que de plus rares petites pépites du précieux métal furent récoltées...

Puis, grâce à la gentillesse de certains, qui ne manqueront pas de se reconnaître ici, nous pûmes découvrir de nouveaux "spots" minéralogiques dignes d'un intérêt tout particulier.

Je citerai ici, comme exemple représentatif, un lieu situé dans le vaste département de la Haute-Loire, un site discret pouvant passer de par sa configuration pour presque anecdotique. (excusez-moi de ne pas en dire plus sur sa position géographique, nous ne voudrions pas que cet endroit, du reste privé, ne soit plus respecté ou fasse l'objet de regrettables pillages). C'est un lieu où, associés aux sables et graviers d'origine volcanique, des gemmes de belle facture vinrent elles aussi enrichir nos recherches sur le cœur du massif central et de ses merveilles minéralogiques...

On notera parmi ces pierres fines, des cristaux libres de zircon gemme d'une belle couleur rouge orangé à brun, des olivines en grand nombre, volcanisme oblige, et sa variété gemme le péridot (vocable usité chez les joaillers).

Traversant la région, là encore, nous fûmes les témoins de la triste résultante d'épisodes répétitifs de canicule. Ces derniers grillèrent toute herbe des champs et des prés à blanc et changèrent radicalement le visage d'une campagne que nous avions connu jadis bien verte... Pourrons-nous un jour agir collectivement pour remédier à cet état de fait? On ne peut que le souhaiter ardemment (sans mauvais jeu de mots).

Puis, la chaleur et la sécheresse perdurant, nous dûmes nous résoudre à ne plus travailler les cours d'eau tant l'eau justement y est venu à manquer. Certes, quelques petites goutes orageuses vinrent ici ou là humidifier les sols, mais si peu et avec si peu d'effet sur une terre meurtrie, quasi désertique... Et la chaleur revint si vite, si forte que rien ne changea!...

Le mois d'août tirait à sa fin et les belles journées succédaient aux belles journées. Il était temps pour nous de rallier des lieux plus frais, des lieux où l'eau des rivières semblait être encore fidèle...

Ainsi, nous primes la direction du département de l'Allier, où la verdure dominait encore un peu les paysages vallonnés, du moins à nos yeux.

La fraîcheur de l'onde nous incitait à mettre nos batées et pans à l'eau. Très vite, quelques petites paillettes d'un or fin et rare apparurent. Elles étaient bien accompagnées de jolis grenats d'un rose éclatant et de petites gemmes parfois encore plus rares...

Et comme l'été ne semblait toujours pas vouloir laisser, cette année, sa place à l'automne, dés notre retour, des fourmis dans les jambes, nous répondions à l'appel de la montagne, cette fois la haute montagne...

Le Mont Blanc nous accueillait, majestueux. il se découpait sur un ciel d'azur. Nous partîmes sur les chemins de ce que l'on nomme entre nous affectueusement notre "terrain de jeu" des Alpes du nord. Nous partîmes à la recherche de précieux minéraux, au premier rang desquels le quartz cristal de roche reste le roi incontesté de ces monts.

Nous aimons cette fin de saison où la nature sait être généreuse... Champignons des sous bois, framboises des roches et myrtilles parfumées des hauts alpages ponctuent nos prospections et ravissent nos palets...

Ah! Grandiose nature, rien n'a d'égal que toi!

Et là, là au profond d'un creux de roche, des petites pointes brillantes ont su faire le bonheur simple du chercheur cristallier...

La pente était sévère et les arêtes bien drues, mais, petits pas après petits pas, je progressais. Là haut, les nuages blancs, éternels voyageurs au long court, jouaient à saute moutons par dessus les sommets impassibles. Enfin, dans un chaos issu de l'ancestrale chute d'un pan entier de montagne, quelques pierres vertes et dures laissaient entrevoir la présence de pièces minéralogiques surement dignes d'intérêt. En effet, ces pierres, pour le moins particulières, montraient à mes yeux avertis des indices qui ne me trompaient pas! Je savais qu'après un savant passage aux acides, il y avait toutes les chances de voir apparaitre, comme par magie, de jolis cristaux allongés d'un vert soutenu, des cristaux d'épidote...

Sur un autre de "nos" gisements, me promenant dans les sous-bois, je remarquais soudain, au détour de quelques sapins centenaires, une légère inflexion du terrain où la roche recouverte de mousses odorantes surmontées de rhododendrons et de myrtilliers m'attirait irrésistiblement. Je la dégageait, le filon était là! Déjà quelques indices cristallins apparurent. Je posais alors mon lourd sac et les travaux débutèrent. Il ne fallut pas longtemps pour voir sortir de ce creux, un four, de jolies pièces cristallisées, des cristaux de roche limpides et givrés en leur base, une caractéristique commune dans ce secteur. (voyez ci-après quelques clichés des premières pièces sorties des bains de nettoyage).

Pour des raisons pratiques et de températures fraîches en montagne, nous avions loué un gîte chez l'habitant du coté de Bourg St Maurice. Il n'y aurait rien de passionnant à dire si ce n'était que, sans le savoir, nous avions loué ce gîte qui n'est autre qu'aménagé dans l'ancienne bâtisse des mines de houille de la haute Tarentaise! En effet, notre hôte L. eût même la gentillesse de me proposer la visite des anciennes installations de l'exploitation. Ainsi, l'entrée des galeries, la salle des "pendus" comme la grande trémie permettant le transport des minerais vers l'aval où le chemin de fer les prenait en charge s'offrirent à ma curiosité.

(Je vous conseille à titre personnel ce gîte très bien agencé, agréable et où la gentillesse de L. et de sa famille n'a d'égal que la beauté des paysages environnants).

De retour à la maison, et juste avant que l'automne "enfin" se décide à débuter, nous fîmes une petite sortie en Morvan, occasion de retrouver nos amis du cru après ces longs mois de périples dans notre hexagone...

Mais attention chères lectrices et chers lecteurs, pas question, malgré l'arrivée des frimas automnaux, de ne plus cheminer dans la nature. Elle a encore tant à nous offrir avant son sommeil hivernal... Des pluies bienfaitrices vinrent dernièrement redonner la vie en sous-bois où, comme sortis d'une corne d'abondance les délices forestiers se mirent à foisonner!

Erphy Octobre 2019.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 10:00

Avec le printemps qui pointe le bout de son nez, le collectionneur trépigne d'impatience à l'idée de ce rendre à nouveau sur le terrain. L'appel de la nature renaissante se fait chaque jour plus fort... Alors, pourquoi résister? Les rayons d'un soleil de plus en plus vaillant encouragent le chercheur à reprendre le chemin bucolique des gisements...

C'est ainsi que, nous voulant pas déroger à la règle, nous sommes partis ma femme et moi, nous aussi prospecter. Et, les premières découvertes de l'année ne tardèrent pas à venir enrichir notre collection ainsi toujours vivante...

Et voilà qu'au détour d'un ruisseau ou d'un tas de cailloux oublié par le temps, fossiles ou cristaux retrouvèrent la lumière chaude de ce printemps riche en promesses...

 

Je progresse lentement, les pieds dans l'eau encore froide et courante du petit ruisseau encore grossi par la fonte, plus haut, des dernières plaques de neige s'accrochant sans espoir de survie aux pentes du massif... Je scrute, pas après pas, le fond de l'onde et les berges marneuses, quand, soudain, là, à quelques dizaines de centimètres de profondeur, sous une souche empiétant sur le courant, une forme familière arrête mon regard. C'est une forme ronde et ondulée qui se détache légèrement du gris uniforme d'une dalle de "bed-rock". Je tends la main vers l'objet de ma quête... Mon Dieu ce que l'eau est froide!... Ma main et mes doigts change instantanément de couleur et virent au rouge. Faisant fi de la température, je m'enfonce encore un peu plus bas dans cette eau. Je touche cette pierre. Elle bouge. Elle se décolle sans difficulté du fond. Je la remonte. Elle sort de l'eau. Elle est imposante. Je me redresse. Je ne me suis pas trompé. C'est bien un fossile, un très beau fossile! Je reconnais instantanément à quoi j'ai à faire, c'est une ammonite, une pièce de belle taille, rare! Elle est entièrement métallique!... (Oui, ici les fossiles d'ammonite ne sont pas en calcaire ou calcite (carbonates de calcium) mais constitués de pyrite qui est un sulfure de fer très connu aussi parfois dénommé: or des fous...). Je frotte énergiquement la pièce à la surface de l'eau et sa beauté me convint de la qualité de ma découverte. Elle fait au jugé presque quinze centimètres de diamètre. Je la dépose délicatement au fond de mon sac et, encouragé et il faut bien le dire excité par cette découverte, je reprends mes recherches... Après avoir remonté le ru sur près de trois cent mètres, je constate que ma récolte de l'année est ma foi bonne, peut-être deux kilos d'ammonites ont été arrachées par les eaux tumultueuses cet hiver... Le printemps commence donc bien et l'envie de prospecter d'autres lieux ne me quitte plus...

 

Ainsi, quelques jours plus tard, à la faveur d'une belle journée presque estivale, nous décidâmes de nous rendre "au chevet" d'une petite mine ancestrale située sur les premiers contreforts du Morvan. Sans prétention, je commençai à gratter les déblais de l'exploitation (il fallait bien y aller avec douceur afin de ne pas traumatiser des muscles restés relativement calmes durant les mois d'hiver. Il fallait les réhabituer à des mouvement assez violents et répétitifs, des mouvements qui, l'âge venant, pouvait être source de douleurs... Bref, il fallait se dérouiller un peu avant de passer aux choses sérieuses...).

Très vite néanmoins les roches et les blocs plus ou moins minéralisés passèrent entre mes mains expertes. Je scrutai la moindre face brillante signe d'une pièce pouvant être à conserver... En effet, ici, les minéraux sont très souvent masqués d'une gangue glaiseuse collante et sombre que seule l'expérience permet de reconnaitre de livrée le bon grain! Les heures passèrent comme toujours bien trop vite mais quelques jolies pièces émergèrent du chaos... L'une d'entre elle retint néanmoins toute mon attention. Il s'agissait là d'une forme particulière de barytine (sulfate de baryum BaSO4) dite "en pompon" rehaussée de cristaux d'améthyste d'un violet vif peu commun sur ce site et en général en Morvan... Ce site qui, je ne peux plus en douter aujourd'hui, n'a pas fini de nous dévoiler tous les secrets de ces fabuleuses pierres empruntes de beauté et de propriétés cachées...

   

En effet chère lectrice, cher lecteur, force est de constater que les pierres possèdent bel et bien des propriétés. Preuve en est le nombre croissant de nos clients et amis venant nous narrer les résultats pour le moins positifs de leur traitement lithothérapique...  Des témoignages édifiants sur une "thérapie" ancestrale mais oubliée par nos civilisations occidentales et qui fait l'objet d'une résurgence aujourd'hui. Et si bien des médecins sont encore septiques sur les bienfaits que peuvent apporter les pierres, force est encore ici de constater qu'une grande majorité de notre aimable clientèle trouve, elle, bien des résultats positifs à la mise en œuvre d'un litho-traitement de leurs divers maux du quotidien. Je n'en tire ici aucune règle générale mais relate un fait constaté au fil du temps et de mon expérience... Nous en reparlerons surement...

 

Les jours devenant désormais plus long, plus chauds et nous l'espérons plus beaux, d'autres envies de prospections nous titillent l'esprit. Elles ne manqueront pas de nous faire arpenter bientôt cette nature sauvage que nous aimons tant et qui est toujours pour nous une intarissable source d'émerveillement.

 

A suivre... Erphy 07.04.2019

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2019 3 23 /01 /janvier /2019 09:40

Dans la série fasciculée des "MERVEILLES MINÉRALOGIQUES FRANÇAISES" je vous propose un nouvel opus: "L’ARDÈCHE CRISTALLIN".

          Cette nouvelle parution Erphy vous convie cette fois à un voyage bucolique et minéralogique au cœur des paysages sauvages d'un département accueillant et riches en sites remarquables. 

La richesse géologique de l'Ardèche méritait à elle seule la réalisation de cet ouvrage qui vous fera découvrir des gisements et des minéraux étonnants et insoupçonnés.

Retrouvez cet ouvrage, comme tout ceux de cette série,

sur nos stands lors de nos activités (voir la rubrique "agenda des activités" de ce blog) et par contact direct.     

 

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 09:08

Une fois de plus, le beau temps aidant, nous fumes attirés par une petite prospection de fin saison en Morvan...

En effet, mon ami F. avait, durant l'été, bien prospecté ce lieu un peu à l'écart des grands sites arpentés et bien connus des amateurs de ces vieilles montagnes. Il avait donc réalisé des prospections déjà émaillées de fort jolies découvertes, des découvertes néanmoins assujetties à d'importants travaux de dégagement sans doute guère à la portée du "petit prospecteur du dimanche" surement pas aussi motivé que lui...

Déjà nombre de découvertes vinrent enrichir la systématique des minéraux morvandiaux.

Pour ma part, en ce lieu que j'avais déjà eu la chance de prospecter à plusieurs reprises, toujours en compagnie de mon ami, et en cette journée ensoleillée, je découvrais alors quelques pièces cristallines non dénuées d'intérêt et qui viendraient compléter agréablement nos connaissances sur ce site resté bien discret, jusqu'ici du moins.

Voyez ici, pour l'exemple, une pierre d'une quinzaine de centimètres où sur un lit de FLUORINE en petits cubes miellés des cristaux de quartz au faciès biterminé hyalins accompagnés, s'il le fallait encore, d'autres cristaux eux aussi de quartz biterminé mais cette fois "Diamant" (quartz dont la pureté et le chatoyant les font briller tel l'éclat du diamant) virent, lors de la genèse du filon, saupoudrer l'ensemble minéral. En voici une belle association qui, j'ai eu bien du mal à le croire, a échappé à une destruction fort probable dans le chaos de la halde, protégée qu'elle était par une gangue d'argile protectrice...

 Et là encore, sur une petite pierre, un cube isolé de fluorine montrant en lui, comme un cadeau, une inclusion carbonatée en forme de "croix de Malte", une curiosité remarquable dont le Morvan voulait nous faire part....

                                                                                     Erphy - 02.10.2018

 

Partager cet article

Repost0