Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 10:19

Chère lectrice, cher lecteur, je ne voudrais pas paraître redondant en vous disant que cette période estivale nous a encore permis de rencontrer nombre de personnalités fort sympathiques qui laisseront durablement leur souvenir inscrit dans nos mémoires...

Une fois de plus, et là encore sans vouloir "enfoncer des portes ouvertes", nous avons pu constater à quel point notre France est belle et riche de mille paysages chargés d'histoire et de nature...

Cette année, nous avons la chance de pouvoir arpenter les pentes cévenoles, du centre du massif central et celles de nos Alpes grandioses...

Notre passion minéralogique nous a permis de découvrir de petites merveilles cristallines qui viendront, comme à l’accoutumée, enrichir notre collection de référence dans la systématique française, et feront, n'en doutons pas, l'objet d'une ou plusieurs publications futures...

Ainsi, par une canicule qui fera sans doute de cette année 2019, une des plus chaudes de ces dernières décennies, nous avons donc débuté nos recherches par des prospections ardéchoises.

Elles se révélèrent fructueuses, car, sur les traces d'innombrables gratteurs de cailloux, et avec un petit zeste d'expérience, elles nous ont permis la découverte et l'ouverture, entre autres, d'un "four"* à quartz de type alpin! Des quartz d'une genèse bien antérieure à celle des Alpes datant pour ces dernières de "seulement" 40 millions d'années contre environ 500 MA pour ceux de notre découverte!

Il est toujours émouvant, même pour nous autres cristalliers de longues dates, de mettre au jour une de ces "druses"ou"four"à cristaux.

*four: poche vide dans la roche ou le filon dans laquelle des cristaux croissent.

Voir apparaître dans leur gangue poussiéreuse, argileuse ou aqueuse des cristaux reste toujours une sensation poussant à une exaltation moteur de nos inspirations les plus intimes. Nos battements de cœur s’accélèrent, nos pupilles se dilatent et une sorte de sensation de joie nous envahie tout entier. Je pense que beaucoup de nos amis collectionneurs et amateurs se reconnaitront dans ces quelques lignes.

Et que dire des découvertes faites au fond de nos batées à la recherche des petites particules d'or véhiculées par nos chères rivières cévenoles... Là encore, difficile de dire objectivement si c'est l'expérience ou la pure chance qui parla cette année? Sans doute un peu des deux. Ainsi de nombreuses et jolies paillettes ainsi que de plus rares petites pépites du précieux métal furent récoltées...

Puis, grâce à la gentillesse de certains, qui ne manqueront pas de se reconnaître ici, nous pûmes découvrir de nouveaux "spots" minéralogiques dignes d'un intérêt tout particulier.

Je citerai ici, comme exemple représentatif, un lieu situé dans le vaste département de la Haute-Loire, un site discret pouvant passer de par sa configuration pour presque anecdotique. (excusez-moi de ne pas en dire plus sur sa position géographique, nous ne voudrions pas que cet endroit, du reste privé, ne soit plus respecté ou fasse l'objet de regrettables pillages). C'est un lieu où, associés aux sables et graviers d'origine volcanique, des gemmes de belle facture vinrent elles aussi enrichir nos recherches sur le cœur du massif central et de ses merveilles minéralogiques...

On notera parmi ces pierres fines, des cristaux libres de zircon gemme d'une belle couleur rouge orangé à brun, des olivines en grand nombre, volcanisme oblige, et sa variété gemme le péridot (vocable usité chez les joaillers).

Traversant la région, là encore, nous fûmes les témoins de la triste résultante d'épisodes répétitifs de canicule. Ces derniers grillèrent toute herbe des champs et des prés à blanc et changèrent radicalement le visage d'une campagne que nous avions connu jadis bien verte... Pourrons-nous un jour agir collectivement pour remédier à cet état de fait? On ne peut que le souhaiter ardemment (sans mauvais jeu de mots).

Puis, la chaleur et la sécheresse perdurant, nous dûmes nous résoudre à ne plus travailler les cours d'eau tant l'eau justement y est venu à manquer. Certes, quelques petites goutes orageuses vinrent ici ou là humidifier les sols, mais si peu et avec si peu d'effet sur une terre meurtrie, quasi désertique... Et la chaleur revint si vite, si forte que rien ne changea!...

Le mois d'août tirait à sa fin et les belles journées succédaient aux belles journées. Il était temps pour nous de rallier des lieux plus frais, des lieux où l'eau des rivières semblait être encore fidèle...

Ainsi, nous primes la direction du département de l'Allier, où la verdure dominait encore un peu les paysages vallonnés, du moins à nos yeux.

La fraîcheur de l'onde nous incitait à mettre nos batées et pans à l'eau. Très vite, quelques petites paillettes d'un or fin et rare apparurent. Elles étaient bien accompagnées de jolis grenats d'un rose éclatant et de petites gemmes parfois encore plus rares...

Et comme l'été ne semblait toujours pas vouloir laisser, cette année, sa place à l'automne, dés notre retour, des fourmis dans les jambes, nous répondions à l'appel de la montagne, cette fois la haute montagne...

Le Mont Blanc nous accueillait, majestueux. il se découpait sur un ciel d'azur. Nous partîmes sur les chemins de ce que l'on nomme entre nous affectueusement notre "terrain de jeu" des Alpes du nord. Nous partîmes à la recherche de précieux minéraux, au premier rang desquels le quartz cristal de roche reste le roi incontesté de ces monts.

Nous aimons cette fin de saison où la nature sait être généreuse... Champignons des sous bois, framboises des roches et myrtilles parfumées des hauts alpages ponctuent nos prospections et ravissent nos palets...

Ah! Grandiose nature, rien n'a d'égal que toi!

Et là, là au profond d'un creux de roche, des petites pointes brillantes ont su faire le bonheur simple du chercheur cristallier...

La pente était sévère et les arêtes bien drues, mais, petits pas après petits pas, je progressais. Là haut, les nuages blancs, éternels voyageurs au long court, jouaient à saute moutons par dessus les sommets impassibles. Enfin, dans un chaos issu de l'ancestrale chute d'un pan entier de montagne, quelques pierres vertes et dures laissaient entrevoir la présence de pièces minéralogiques surement dignes d'intérêt. En effet, ces pierres, pour le moins particulières, montraient à mes yeux avertis des indices qui ne me trompaient pas! Je savais qu'après un savant passage aux acides, il y avait toutes les chances de voir apparaitre, comme par magie, de jolis cristaux allongés d'un vert soutenu, des cristaux d'épidote...

Sur un autre de "nos" gisements, me promenant dans les sous-bois, je remarquais soudain, au détour de quelques sapins centenaires, une légère inflexion du terrain où la roche recouverte de mousses odorantes surmontées de rhododendrons et de myrtilliers m'attirait irrésistiblement. Je la dégageait, le filon était là! Déjà quelques indices cristallins apparurent. Je posais alors mon lourd sac et les travaux débutèrent. Il ne fallut pas longtemps pour voir sortir de ce creux, un four, de jolies pièces cristallisées, des cristaux de roche limpides et givrés en leur base, une caractéristique commune dans ce secteur. (voyez ci-après quelques clichés des premières pièces sorties des bains de nettoyage).

Pour des raisons pratiques et de températures fraîches en montagne, nous avions loué un gîte chez l'habitant du coté de Bourg St Maurice. Il n'y aurait rien de passionnant à dire si ce n'était que, sans le savoir, nous avions loué ce gîte qui n'est autre qu'aménagé dans l'ancienne bâtisse des mines de houille de la haute Tarentaise! En effet, notre hôte L. eût même la gentillesse de me proposer la visite des anciennes installations de l'exploitation. Ainsi, l'entrée des galeries, la salle des "pendus" comme la grande trémie permettant le transport des minerais vers l'aval où le chemin de fer les prenait en charge s'offrirent à ma curiosité.

(Je vous conseille à titre personnel ce gîte très bien agencé, agréable et où la gentillesse de L. et de sa famille n'a d'égal que la beauté des paysages environnants).

De retour à la maison, et juste avant que l'automne "enfin" se décide à débuter, nous fîmes une petite sortie en Morvan, occasion de retrouver nos amis du cru après ces longs mois de périples dans notre hexagone...

Mais attention chères lectrices et chers lecteurs, pas question, malgré l'arrivée des frimas automnaux, de ne plus cheminer dans la nature. Elle a encore tant à nous offrir avant son sommeil hivernal... Des pluies bienfaitrices vinrent dernièrement redonner la vie en sous-bois où, comme sortis d'une corne d'abondance les délices forestiers se mirent à foisonner!

Erphy Octobre 2019.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires